Le Club des Incorrigibles Optimistes – [J.-M. Guenassia]

Sans hésitation, mon COUP DE COEUR de l’année ! (Et oui, je sais que je le lis 15 ans après tout le monde, mais on ne se refait pas). Goncourt des Lycéens, et Prix des Lecteurs 2012, amplement mérités, ce roman vous accroche de la première à la dernière page. Petit décryptage des ingrédients qui en ont fait un « succès garanti ».

Ce pavé (presque 800 pages dans son édition Albin Michel) se dévore littéralement. C’est le genre de livre qui vous transforme en moine chartreux pendant une semaine et vous fait perdre toute vie sociale ; mais ça en vaut le coup. Tout y est pour que ça marche : l’amitié, les histoires de famille, l’amour, la solidarité, l’entraide, les haines, l’arrière-plan historique et politique, la fraternité. Le tout dans le Paris des années 1960, qui s’enthousiasme pour le rock’n’ roll, les progrès techniques, la conquête spatiale par l’URSS…

Voici la 4e de couverture :

Michel Marini avait douze ans en 1959, à l’époque du rock’n’ roll et de la guerre d’Algérie. Il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Il y a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres, qui avaient traversé le Rideau de Fer pour sauver leur peau, abandonnant leurs amours, leur famille et trahissant leurs idéaux. Il s’étaient retrouvés à Paris dans ce club d’échecs d’arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Ils étaient liés par un terrible secret. Cette rencontre bouleversa la vie du jeune garçon. Parce qu’ils étaient tous d’incorrigibles optimistes.

Qu’est-ce qui fait qu’on n’a pas envie de quitter ce roman, et que – en dépit d’une fin un peu triste – on ressent une bouffée d’optimisme (promis, ce n’est pas que le titre !) ? Paradoxalement, je pense que cela tient tout d’abord au fait que l’auteur ne cherche pas à faire de prouesses stylistiques, et que, du début à la fin, le récit est simple et spontané. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a aucun travail d’écriture : bien au contraire, le texte a dû être travaillé, re-travaillé et corrigé pour parvenir à ce résultat final, d’une incroyable fluidité.

Autre « ingrédient » : les personnages, narrateur compris, sont tous extrêmement attachants. Loufoques, originaux, paumés, fantasques, effacés, mystérieux, tourmentés, ils sont précisément ce qu’on peut appeler des personnages « romanesques ». Ils donnent une verve et un entrain au récit. Le mieux, c’est qu’ils se fréquentent tous, ou presque, ce qui produit un mélange détonnant !

Il faut aussi ajouter la subtile interférence entre histoire et fiction : ça et là, on est plongé dans un univers connu, mais la plupart du temps, la fiction domine. Sartre, Kessel, Noureev et d’autres personnages réels interviennent, mais finalement, l’arrière-plan historique n’est là que pour renforcer l’aspect « merveilleux » (au sens de fictionnel) du récit. En effet, les écrivains et personnages convoqués, ainsi que les évènements (la guerre d’Algérie, le premier pas sur la lune par Gagarine…) sont teintés d’une dimension irréelle, pour nous lecteurs de 2012 qui les connaissont par les manuels scolaires. Du moins, c’est l’impression que ce roman m’a fait.

Enfin, le fait que tout n’est pas « tout rose » ou « tout noir » : je ne pense pas gâcher le plaisir des lecteurs en disant qu’on est confronté plusieurs fois à la mort, à la séparation, aux disputes. Mais, chaque fois, l’humour et la vie reprennent le dessus.

Je ne saurais que conseiller ce roman, particulièrement captivant. Il me semble que la littérature contemporaine manque de cette simplicité (non pas naïveté) qui fait un bon récit. Les auteurs semblent ne pas vouloir admettre qu’on peut écrire un bon roman qui soit optimiste, joyeux (là encore, sans être niais), et porteur d’une profondeur. C’est dommage.

Carte d’identité

  • Titre : Le Club des Incorrigibles Optimistes
  • Auteur : Jean-Michel Guenassia
  • Genre : roman
  • Date de publication : septembre 2012
  • Édition (poche) : Le livre de poche
  • Nombre de pages : 729

Un extrait !

« Longtemps, j’ai vécu dans l’ignorance la plus totale de l’histoire de ma famille. Tout était parfait ou presque dans le meilleur des mondes. On ne raconte pas aux enfants ce qui s’est passé avant eux. D’abord ils sont trop petits pour comprendre, ensuite ils sont trop grands pour écouter, puis ils n’ont plus le temps, après c’est trop tard. C’est le propre de la vie de famille. On vit côte à côte comme si on se connaissait mais on ignore tous des uns et des autres. On espère des miracles de notre consanguinité : des harmonies impossibles, des confidences absolues, des fusions viscérales. On se contente des mensonges rassurants de notre parenté. »

Advertisements

6 réflexions sur “Le Club des Incorrigibles Optimistes – [J.-M. Guenassia]

  1. j’ai adoré ce livre, il est captivant, quand tu commences tu ne t’arrêtes plus, seul point négatif sa longueur. on pourrait retirer quelques chapitres du bouquin!

  2. J’ai pensé exactement la même chose, et le second roman de l’auteur est tout aussi magique ! D’ailleurs, vous parlez d’une simplicité mais néanmoins pas naïve du roman, et bien pour avoir eu l’occasion d’échanger avec l’auteur, je peux dire qu’il est en tout point pareil et c’est un réel plaisir ! Vivement le troisième roman !

    • Bien d’accord avec toi ! J’attends avec impatience d’avoir le temps pour lire le dernier. Si ce n’est pas indiscret, à quelle occasion as-tu pu rencontrer l’auteur ?! (Quelle chance en tout cas)

      • Oh ce n’est pas indiscret du tout, c’était au salon du livre de cette année, et on a ensuite échangé par mails sur facebook, tu peux lui envoyer un message j’ai l’impression qu’il répond à tous ces lecteurs !

      • Oh, un auteur cool !
        Maintenant que j’y repense, je l’avais en effet croisé sur le stand Albin Michel au SDL de cette année, mais je n’ai pas pu aller lui parler, car j’étais moi-même en poste sur un stand…
        Je songerai à lui envoyer un message FB alors, merci pour l’info ;)

Envie de réagir à cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s