Pourquoi lire ? – [Charles Dantzig]

Pourquoi lire ? Charles Dantzig

La lecture n’est pas contre la vie. Elle est la vie, une vie plus sérieuse, moins violente, moins frivole, plus durable, plus orgueilleuse. Elle maintient, dans l’utilitarisme du monde, du détachement en faveur de la pensée. Lire ne sert à rien. C’est pour cela que c’est une grande chose. Nous lisons parce que ça ne sert à rien.

En ce début d’année, je vous propose de commencer par un livre qui invite à se (re)pencher sur le pourquoi du comment de notre rapport à la lecture. Utile à tout lecteur qui se respecte.

« Lire ne sert à rien. C’est pour cela que c’est une grande chose. » Avec, entre autres, son Dictionnaire égoïste de la littérature française, et son Encyclopédie capricieuse du tout et du rien, Charles Dantzig nous prouve encore une fois son érudition et son plaisir non feint à nous faire partager une passion simple et pourtant universelle : les livres.

À la question « Pourquoi lire ?« , question à la limite du champ philosophique, Charles Dantzig répond par une série d’entrées parfois paradoxales, souvent géniales, toujours référencées. On en ressort avec l’idée, pas si exceptionnelle, qu’il y a finalement autant de raisons de lire que de lecteurs. C’est donc plus son propre rapport à la lecture que l’auteur nous dévoile, dans une formidable auto mise en scène (à peu près la même que dans l’Encyclopédie capricieuse du tout et du rien). Il n’empêche : c’est toujours un plaisir que de (re)découvrir la prose de ce Monsieur Dantzig, qui ne se prend tout de même pas au sérieux.

Entre Le lecteur égoïste, Lire pour se trouver (sans s’être cherché), Lire pour la haine, Lire pour la forme, Lire pour se faire des amis, Lire pour apprendre, Lire pour se contredire, Lire de mauvais livres, Lire à la plage, ou encore Lire pour rajeunir, le lecteur trouve à coup sûr son reflet dans ces miroirs d’une pratique a priori commune à beaucoup. Un coup de maître de la part de Dantzig.

La question ne se limite d’ailleurs pas à « pourquoi lire de la littérature », ou « pourquoi lire des chefs d’oeuvre », mais va jusqu’à appréhender les motivations premières (primitives ?) de notre rapport aux textes, et aux mots quels qu’il soit. Parfois, le ton se fait un peu péremptoire et affirmatif, mais cela se pardonne aisément, tant il est agréable à lire. Et je persiste à dire qu’il y a du La Bruyère chez cet auteur qui croque les torts et travers des hommes, sans chercher à s’en exclure.

Voici quelques citations qui donnent une idée du ton de ce petit essai, sous forme de listes.

La mauvaise influence de la lecture est une légende aussi stupide que sa bonne influence.

Ce n’est pas nous dans les livres qui nous fait juger que les livres sont bons, c’est le talent. Ce n’est pas aux personnages, aux idées qu’on veut ressembler. On veut ressembler au talent.

La seule question à se poser devant un chef, c’est : ferait-il brûler la bibliothèque d’Alexandrie ? Si on ne pense pas à le faire, c’est qu’il est bonasse et rien à craindre. Si on y pense, c’est qu’il y a des soupçons sur sa vulgarité.

La pornographie est un type d’écrit à intention, alors que la littérature est un type d’écrit sans intention. Et c’est la même raison qui empêche de fusionner les deux et de faire de la littérature avec de la pornographie.

Cet écrivain a fait un livre… Faire en français signifie chier.

Contestez-vous. Contestez ce que vous lisez en ce moment.

Et enfin, ironie de l’auteur : Pourquoi ne pas lire ?

  • a. par tact
  • b. par militantisme
  • c. par sotte superstition
  • d. pour cesser d’être offusqué par des écrits indignes
  • e. pour éviter de devenir fou
  • f. pour réfléchir
  • g. danger

Carte d’identité

  • Titre Pourquoi lire ?
  • Auteur : Charles Dantzig
  • Genre : essai
  • Date de publication : 2010
  • Édition (poche) : Le livre de poche
  • Nombre de pages : 208
Publicités

2 réflexions sur “Pourquoi lire ? – [Charles Dantzig]

    • J’adhère avec cette idée que la lecture est une forme de résistance, mais pas si passive que cela ! En revanche, je pense qu’il ne faut pas tomber dans la caricature pessimiste qui fait dire à beaucoup que « les gens ne lisent plus ». Les pratiques de lecture ne cessent d’évoluer, et chacun a de bonnes raisons de lire, comme nous le rappelle Charles Dantzig.

Envie de réagir à cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s