Un fil à la patte – Georges Feydeau // Théâtre de Belleville

Un fil à la patte - théâtre de Belleville

En matière de vaudeville, Feydeau reste la référence incontournable. Un fil à la patte est sans doute son plus connu, et le plus joué. Récemment à l’affiche de la Comédie Française, la pièce se joue actuellement au Théâtre de Belleville – pour la joie des spectateurs, car c’est peu dire que c’est d’un rire jubilatoire que le public, d’un seul corps, exulte face à ces intrigues de boulevard et ces maris dans le placard !

LA PIÈCE

Fernand de Bois d’Enghien revient chez sa maîtresse, la divette Lucette Gautier, dans l’intention de rompre. Son mariage avec Viviane Duverger, jeune fille riche, est en effet annoncé dans le journal du jour. Mais après une série de malentendus, il retombe dans ses bras. Sa lâcheté l’empêche de révéler la vérité à Lucette. Celle-ci, adorée du Général Irrigua qui veut l’épouser, ne se doute de rien et ne cesse de répéter qu’elle mourrait si Fernand la quittait. Fernand s’enferre, et il incite Irrigua à faire sa demande en mariage à Lucette pour s’en débarrasser. Comme dans tout vaudeville qui se respecte, une série de situations cocasses et en apparence inextricables s’enchaînent. De quiproquos en révélations, tout est bien qui finit bien. Les personnages sont tous plus drôles les uns que les autres et défilent sur scène dans une sorte de ballet grotesque et burlesque.

LA MISE EN SCÈNE

La metteur en scène, Lise Quet, a cherché à mettre l’accent sur l’avant-gardisme de la pièce et surtout du personnage de Lucette, femme légère mais femme de caractère, pour l’époque. L’amour est traité avec cynisme, et l’on découvre qu’il n’est pas l’objet central de la pièce. Bien plus le sont l’argent et l’honneur, qui commandent les actes des personnages, notamment Bois d’Enghien, mû par l’appât du gain. Les 8 comédiens qui jouent les 15 personnages sont tous excellents, et méconnaissables d’un rôle à l’autre. Un mot de Lise Quet à propos de la mise en scène :

« Nous ne cherchons pas à établir le spectacle dans une époque donnée. Nous travaillons sur une esthétique théâtralisée, proche d’une esthétique circassienne. Les personnages, poussés jusqu’au bout d’eux-mêmes dans cette pièce, sont incarnés en ce sens. Le jeu des comédiens n’est pas réaliste, ni psychologique, mais proche du jeu masqué, tout en ayant constamment en ligne de mire la sincérité du personnage. Ainsi, les lâchetés, les égoïsmes, les méchancetés, couleurs avec lesquelles Feydeau dépeint la bourgeoisie apparaîtront plus humaines et plus universelles. Tout cela afin d’en rire évidemment, car il est bien question d’en rire. »

Pour en savoir plus, le dossier de presse de la pièce !

Carte d’identité

  • Titre : Un fil à la patte
  • Auteur : Georges Feydeau
  • Date de publication : 1894
  • Mise en scène : Lise Quet
  • Avec : Nicolas Fantoli (Bois d’Enghien), Cindy Rodrigues (Lucette), Julien Large (Bouzin / Antonio / Emile), Lionel Rondeau (de Cheneviette / Miss Beating), Damien Prévot (le Général / Firmin), Rémi Dessenoix en alternance avec Florent Bresson (Fontanet), Amandine Calsat (Nini Galant / la Baronne), Claire Pouderoux (Viviane / Marceline)

Du 10 janvier au 28 février 

Théâtre de Belleville

94, rue du Fbg du Temple

75011 Paris

01.48.06.72.34

Pour lire la pièce !

C’est ICI

Publicités

Envie de réagir à cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s