Une désolation – [Yasmina Reza]

Le travail du chroniqueur n’est rien de convenu. Certains textes particulièrement farouches exigent du lecteur plus d’attention, plus de patience. Ce que l’exotisme d’une lecture n’est pas parvenu à réaliser, en terme d’émotion et de plaisir, la mémoire et la curiosité vont le faire. Le roman de Yasmina Reza, est ce puissant steamer auquel rêve Mallarmé, qu’il admire balançant sa mâture, un médium qui nous emmène dans les lieux de l’étrange, chez les canaques à Mombassa ou à Kuala Lumpur.

Le roman de Yasmina Reza, une fiction sans silence, sans structure, sans repère, nous conduit au cœur de la rhétorique du père, une rhétorique brutale, inquisitrice et chargée de reproches, adressés à un fils de trente-huit ans, un enfant chéri, parti manger la papaye à l’autre bout du monde. C’est avant tout l’histoire d’un déni : Un père qui n’accepte par l’émancipation de son fils, pourtant adulte, et qui le rappelle à lui.

On connait l’expérience de Yasmina Reza au théâtre, sa pièce très sartrienne Art, on retrouve sa sensibilité dans son travail sur la syntaxe. Elle rompt, en effet, la déploration, dispersant grâce à une ponctuation abusive, le sens, la teneur de son histoire, pour ne valoriser que les sentiments. La langue est brute, décomplexée, mélange de grivoiseries et de spiritualités. Les personnages, des figures protatiques ne sont qu’au service du long soliloque pessimiste.

C’est un face à face masculin qui nous donne, cependant, de belles preuves de tendresse glissées tacitement entre deux provocations. Des questions laissées sans réponse, un père qui s’évertue à comprendre les failles de sa méthode éducative, beaucoup d’idées dont la réalisation est sapée par le non-vouloir, la désolation, le refus d’un bonheur facile.

Le roman est construit sur un assemblage anachronique d’histoires amoureuses adultérines, d’anecdotes familiales, d’aveux étranges et dérangeants d’un père qui expose à son fils la valeur du désir et de son déploiement, ce moteur de vie qui nous pousse au-delà et met un terme à l’apitoiement.

Quel est ce bonheur, le bonheur sans véhémence, sans souffrance ?

Donc tu es heureux. Enfin c’est ce qu’on dit de toi.

 Peut-etre lirons-nous Une désolation comme la marque d’une certaine surdité générationnelle. Cette nouvelle génération, décolorée, consumériste, horriblement apaisée qui redoute l’action, l’accomplissement, la conquête, peut-être méconnue de ses ainés, de ses pères.

Je te félicite mon vieux, en une génération tu balaies le seul crédo qui m’ait jamais animé.

 Lirons-nous encore ce roman comme la tragique déploration d’un père esseulé, un témoignage d’amour, conformément à l’étymologie du titre, une double affliction, celle que l’on subit seul et celle provoquée pportrait-yasmina-rezaar un sentiment de solitude.

Ce roman exemplifie une certaine littérature hybride, difficile à estimer, cynique, mais non moins remarquable, qui invalide d’entrée de jeu la positivité de la notion de bonheur.
Audacieuse, Yasmina Reza cherche sa définition du coté de l’intranquilité, de l’impatience, du tourment « un horizon avec contradictions, avec abîmes » 

Carte d’identité

  • Titre : Une désolation
  • Auteur : Yasmina Reza
  • Genre : roman
  • Date de publication : 1999
  • Édition : Albin Michel
  • Nombre de pages : 160

Un extrait

« Tu me bravais avec cette ridicule soif d’absolu qu’ont les gens de cet âge et je me disais, le petit est véhément à souhait, il sortira du lot. Mais tu n’es sorti de rien. Les vapeurs de jeunesse passées, tu as repris ta place dans la moyenne. Plus trace d’insurrection. Plus trace de vengeance. Tu as si vite craint pour ta peau, mon pauvre enfant. Comme la cohorte de tes amis les veules, tu sais que tout geste se paye, aussi as-tu choisi d’emblée de ne plus te signaler. Écarter la souffrance, tel est votre horizon. Écarter la souffrance, vous tient lieu d’épopée. »

Publicités

2 réflexions sur “Une désolation – [Yasmina Reza]

  1. Pingback: Heureux les heureux – [Yasmina Reza] | [Les Écrits Vains]

Envie de réagir à cet article ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s