Une désolation – [Yasmina Reza]

Le travail du chroniqueur n’est rien de convenu. Certains textes particulièrement farouches exigent du lecteur plus d’attention, plus de patience. Ce que l’exotisme d’une lecture n’est pas parvenu à réaliser, en terme d’émotion et de plaisir, la mémoire et la curiosité vont le faire. Le roman de Yasmina Reza, est ce puissant steamer auquel rêve Mallarmé, qu’il admire balançant sa mâture, un médium qui nous emmène dans les lieux de l’étrange, chez les canaques à Mombassa ou à Kuala Lumpur. Lire la suite

Publicités

Enfance – [Nathalie Sarraute]

Il y a près d’un mois maintenant, un certain livre glissait des mains d’une dénommée Louise, classe de 1ère ES, aux miennes. Son auteur, Nathalie Sarraute. Femme écrivain du XXe siècle, lauréate du Prix international des littératures, saluée par Sartre et Max Jacob, en outre. Son oeuvre, Enfance. Un roman autobiographique. S’il m’avait été permis de faire mon choix parmi ses œuvres, j’aurais certainement opté pour le bien connu Ère du Soupçon. Mais c’est bien cette autobiographie à la simplicité suspecte qui a remporté mon attention, au final.

Lire la suite

Fragments d’un discours amoureux – [Roland Barthes]

Le discours amoureux est une très belle chorégraphie. Nous la pratiquons avec plus ou moins d’aisance, à l’écrit ou à l’oral. Nous avons tous éprouvé ce sentiment de solitude extrême, dans notre atelier, penché sur la fabrication de ces bris de discours et destinés à l’être aimé. Cette bouffée d’anéantissement qui vient au sujet amoureux « par désespoir ou par comblement », est une expérience à la fois solitaire et collective de succombance, de perte, d’abnégation.

Lire la suite