Le Portrait de Dorian Gray // Albert Lewin

Dorian Gray 4Le roman d’Oscar Wilde reprend un mythe universel : le désir de l’éternelle jeunesse, et les sacrifices qu’elle impose pour l’obtenir. Il s’agit, souvent, de vendre son âme au diable, en contrepartie d’une beauté inaltérable. Le film d’Albert Lewin, production hollywoodienne des années 1940 mais fidèle à l’esprit du roman, donne à voir l’étrange et l’inquiétant d’un visage incorruptible, magnifiquement incarné par un jeune acteur dont ce n’était que le 2e rôle au cinéma, Hurd Hatfield.

Lire la suite

Les Liaisons dangereuses // Stephen Frears

liaisons-dangereuses

Un réalisateur britannique, des acteurs américains, un chef d’oeuvre. Qui mieux que John Malkovich et Glenn Close pouvaient incarner au cinéma le vicomte de Valmont et la comtesse de Merteuil, et Stephen Frears les filmer ? Ce dernier ne s’est en effet pas trompé sur le casting de son film, et nous offre une interprétation magistrale d’un des couples les plus célèbres de la littérature du XVIIIe siècle.

Lire la suite

Lolita // Stanley Kubrick

Lolita3

Lolita romanQuand un grand romancier et un grand réalisateur se rencontrent, ça donne souvent quelque chose de grand. Le génie de Nabokov, pour explosif et sulfureux qu’il soit dans le roman Lolita, est transposé en nuances suggestives chez Kubrick. Peut-être est-ce là ce qu’on pourrait appeler un génie américain (bien que Nabokov soit d’origine russe) ? Le mieux est de voir le film pour en juger.

Tourné en 1962 en Angleterre (pour contourner la censure américaine), le film de Kubrick n’a pas provoqué moins d’incompréhension que le roman au moment de sa publication. Le scandale demeure, ironiquement exhibé par Kubrick dans le générique du film :

How did they ever make a movie of Lolita ? Lire la suite

Gatsby le magnifique // Baz Luhrmann

gatsby3

Pour apprécier l’adaptation du célèbre roman de Fitzgerald par Baz Luhrman, il faut, sans surprise, aimer le spectacle. Le grand spectacle. Après Romeo+Juliette (1996), Luhrmann se tourne de nouveau vers l’adaptation littéraire. En grande pompe et surenchère d’effets visuels, comme à son habitude. C’est cependant une adaptation fidèle et une réactualisation du propos de Fitzgerald sur les Années folles, qui mérite d’être regardé, ne serait-ce que pour en saisir toute la modernité. Lire la suite

L’Écume des jours // Michel Gondry

lecume-des-jours-gondry-3

L’adaptation tant attendue de L’Écume des jours de Boris Vian par Michel Gondry donne lieu à des critiques très mitigées : entre les adorateurs de Vian qui accusent le réalisateur de profaner une oeuvre sacrée et les adeptes de l’univers très particulier de Gondry qui reconnaissent sa marque de fabrique dans ce nouveau film, je me situe dans un entre-deux. Peu convaincue par l’ensemble du film, je ne dirais pas pour autant qu’il y a sacrilège. Car L’Écume des jours fait sans doute partie de ces romans inadaptables, dont l’univers est si particulier qu’il ne peut vivre que dans l’esprit de ses lecteurs. Lire la suite