Le Crieur de nuit – [Nelly Alard]

Nelly Alard signe, avec Le Crieur de nuit, son premier roman, un court récit où il n’y a de place ni pour le regret ni pour le pardon.  Les premières lignes synthétisent l’essence de cette autofiction dont on sent toute la nécessité pour la narratrice : « J’ai appris la nouvelle ce matin, en écoutant le répondeur. Isa disait : Papa est décédé. Je me suis fait couler un café et je l’ai rappelée, puis j’ai composé le numéro d’Air France. Thierry est entré en bâillant, m’a regardée et a dit : Qu’est-ce qui se passe ? J’ai répondu : Papa est mort. Isa dit : décédé. Moi je dis : mort. Je ne vois pas pourquoi je prendrais des gants. […] Tu es mort. Enfin. » Lire la suite

Publicités

Enfance – [Nathalie Sarraute]

Il y a près d’un mois maintenant, un certain livre glissait des mains d’une dénommée Louise, classe de 1ère ES, aux miennes. Son auteur, Nathalie Sarraute. Femme écrivain du XXe siècle, lauréate du Prix international des littératures, saluée par Sartre et Max Jacob, en outre. Son oeuvre, Enfance. Un roman autobiographique. S’il m’avait été permis de faire mon choix parmi ses œuvres, j’aurais certainement opté pour le bien connu Ère du Soupçon. Mais c’est bien cette autobiographie à la simplicité suspecte qui a remporté mon attention, au final.

Lire la suite

Les Couleurs de l’hirondelle – [Marius D. Popescu]

Les couleurs de l'hirondelle

En dehors de Emil Cioran, voire Mircea Eliade, bien peu, moi la première, sont capables de citer des grands auteurs roumains, et encore moins contemporains. La littérature roumaine, comme beaucoup de ses voisines de l’est, est trop méconnue, et mérite de l’être plus. La 33e édition du Salon du livre, qui a eu lieu du 22 au 25 mars et qui a mis les lettres roumaines à l’honneur, l’a prouvé. De nombreux auteurs de ce pays sont venus parler de leurs oeuvres, et ont montré la richesse de cette littérature, non sans enjeux politiques. Pour découvrir un peu mieux ces « lettres roumaines », j’ai choisi de lire Les Couleurs de l’hirondelle, deuxième roman de Marius Daniel Popescu. Une révélation. Lire la suite

Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur – [Harper Lee]

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur

Prix Pulitzer en 1961, plus de 30 millions d’exemplaires vendus dans le monde à ce jour, traduit en 30 langues, adapté au cinéma dès 1962, Ne tirez pas sur l’oiseau moqueur est non seulement considéré comme un des classiques de la littérature américaine du XXe siècle mais a été également un succès éditorial international dès sa sortie. Certains lecteurs y voient une autobiographie, ce qu’Harper Lee a toujours réfuté, malgré de nombreux points communs entre le roman et sa propre biographie. Lire la suite