[Cycle Jérôme Ferrari #3] – Dans le secret

Dans-le-secret_2Deuxième roman de Jérôme Ferrari, Dans le secret (2007) contient déjà en germe les thèmes récurrents dans son oeuvre. Sur la vacuité du monde, sur la faute, sur la profondeur et la complexité des agissements humains, l’auteur livre un roman ardent, déjà annonciateur de la force et de la maturité stylistique qu’on trouve dans ses oeuvres plus récentes. Lire la suite

Publicités

[Cycle Jérôme Ferrari #2] – Où j’ai laissé mon âme

Où j'ai laissé mon âmeSur la torture, et qui plus est la torture en Algérie, il a été beaucoup écrit, filmé, disserté. Mais jamais avec autant de force littéraire que chez Jérôme Ferrari dans Où j’ai laissé mon âme. Ce 5e roman du lauréat du Goncourt 2012 (pour Le Sermon sur la chute de Rome, non moins magnifique) est sans conteste un chef d’oeuvre littéraire. Malgré le thème, la noirceur qui lui est intrinsèquement attachée et la conception extrêmement désespérée de la nature humaine, l’écriture transcende le tout, pour donner naissance à un de ces moments poétiques et philosophiques qu’on aimerait connaître plus souvent dans la littérature contemporaine. Coup de coeur, incontestablement. Lire la suite

[Cycle Jérôme Ferrari #1] – Le Sermon sur la chute de Rome

Le Sermon sur la chute de RomePrix Goncourt 2012, Le Sermon sur la chute de Rome m’intriguait depuis sa publication, par son titre et par la polémique qu’il a déclenchée autour de l’obtention de ce prix et des critiques plus que mitigées sur la blogosphère. C’est donc avec une certaine curiosité que je l’ai lu, et non sans un certain malaise. Il est toujours délicat de parler de chef d’oeuvre ou de coup de coeur pour un roman aussi pessimiste, mais je n’en suis pas loin. C’est qu’avec ce septième roman de Jérôme Ferrari, on fait l’expérience du paradoxe d’une écriture magnifique mise au service d’un tableau effroyable de la violence, du chaos, de la dégénérescence, l’inceste, la consanguinité, la la haine, l’indifférence, la lâcheté… Lire la suite