Les grandes blondes – [Jean Echenoz]

Les grandes blondes

Mais de quoi parle ce roman ? De grandes bières ? De grandes cigarettes ? De grands coulis de volailles ? Non, tout simplement de grandes blondes. Mais attention, le concept de « grande blonde » recoupe de multiples réalités, et, sous la direction de Salvador, le producteur de télévision, le roman s’attache à définir avec précision cette catégorie de femmes. Un roman déstabilisant, ironisant et fascinant. Hilarant même, s’il n’était teinté, parfois, d’un peu de mélancolie. Lire la suite

Publicités

Journal d’un corps – [Daniel Pennac]

Le Journal d’un corps se lit d’une traite, on n’a pas le temps de compter les pages. Mais dieu que c’est triste. Ce quotidien d’un corps est surtout le journal d’une vie qui se voit finir, qui agonise dès la cinquantaine passée. En même temps, le lecteur a l’impression de se retrouver face à un condensé de vie. Et comme tous les récits de vie, que ce soit en littérature, au cinéma, au théâtre, on en ressort avec un goût de mélancolie mêlé à de la joie. Avis mitigé, donc. Lire la suite