Lettres à Eugène – [Hervé Guibert / Eugène Savitzkaya]

lettres à eugèneAprès en avoir lu des extraits inédits dans Le Magazine littéraire et une chronique par L’ivre de lire, j’avais plus qu’envie de découvrir cette correspondance entre deux auteurs reconnus, publiée par Gallimard à titre posthume (pour Hervé Guibert). Intitulée Lettres à Eugène, cette correspondance regroupe les quelques lettres qu’ont échangé Hervé Guibert et Eugène Savitzkaya entre 1977 et 1987, Hervé Guibert étant plus prolixe en missives que son interlocuteur, dont la discrétion confine à l’indifférence. On en apprend pourtant autant sur les deux auteurs, leur oeuvre, leur personnalité. Instructif et riche. Lire la suite

Publicités

Tous les matins du monde – [Pascal Quignard]

Tous les matins du mondeAprès La Musique d’une vie, encore un roman sur la musiqueTous les matins du monde est une variation narrative à partir du personnage de Jean de Sainte-Colombe (v.1640 – v.1700), compositeur et violiste ayant rééllement existé mais dont on sait très peu de choses, si ce n’est qu’il aurait été à l’origine de l’ajout d’une 7e corde à la viole de gambe telle qu’on la pratique aujourd’hui. Pascal Quignard raconte la vie de cet homme après la mort de sa femme, seul avec ses deux filles, renfermé et taciturne, refusant toutes les avances du Roi et vivant dans la solitude et l’austérité. C’est un roman très court, qui se lit en deux après-midis et dans lequel Quignard parvient tout de même à recréer une atmosphère propre au XVIIe siècle, non sans quelques incursions de fantastique.

Lire la suite

Gatsby le magnifique // Baz Luhrmann

gatsby3

Pour apprécier l’adaptation du célèbre roman de Fitzgerald par Baz Luhrman, il faut, sans surprise, aimer le spectacle. Le grand spectacle. Après Romeo+Juliette (1996), Luhrmann se tourne de nouveau vers l’adaptation littéraire. En grande pompe et surenchère d’effets visuels, comme à son habitude. C’est cependant une adaptation fidèle et une réactualisation du propos de Fitzgerald sur les Années folles, qui mérite d’être regardé, ne serait-ce que pour en saisir toute la modernité. Lire la suite

Les Couleurs de l’hirondelle – [Marius D. Popescu]

Les couleurs de l'hirondelle

En dehors de Emil Cioran, voire Mircea Eliade, bien peu, moi la première, sont capables de citer des grands auteurs roumains, et encore moins contemporains. La littérature roumaine, comme beaucoup de ses voisines de l’est, est trop méconnue, et mérite de l’être plus. La 33e édition du Salon du livre, qui a eu lieu du 22 au 25 mars et qui a mis les lettres roumaines à l’honneur, l’a prouvé. De nombreux auteurs de ce pays sont venus parler de leurs oeuvres, et ont montré la richesse de cette littérature, non sans enjeux politiques. Pour découvrir un peu mieux ces « lettres roumaines », j’ai choisi de lire Les Couleurs de l’hirondelle, deuxième roman de Marius Daniel Popescu. Une révélation. Lire la suite

[Cycle Laurent Mauvignier #2] – Ceux d’à côté

Je poursuis le cycle Mauvignier avec Ceux d’à côté. J’ai fini avec soulagement ce roman que je me suis imposée, par obligation « scolaire ». Autant le dire, ce n’est pas gai (voilà un bel euphémisme). Pour autant, Laurent Mauvignier a un indéniable talent, une plume personnelle et reconnaissable qui donne envie, une fois le livre commencé, de le finir autant que de le refermer sur le champ.  Écriture paradoxale, donc, et beaucoup de désespoir. Lire la suite