La Vénus à la fourrure – [Leopold von Sacher-Masoch]

Sacher-Masoch… Un nom grandement méconnu qui est pourtant à l’origine d’un terme on ne peut plus connu : le masochisme. Si vous pensiez que E.L. James (50 nuances de Grey) avait révolutionné la manière de concevoir les relations homme-femme avec son roman faussement subversif (et, accessoirement, aux prétentions artistiques proches de zéro), il vous faut lire La Vénus à la fourrure pour comprendre que le masochisme, dans toute sa complexité sémantique, ne se réduit pas à un sadisme inversé et encore moins à la seule quête du plaisir dans la douleur. Du moins, ce n’est pas ainsi que Sacher-Masoch conçoit les fantasmes de Séverin ni la violence de ce qui se joue dans sa relation à la femme déifiée. Lire la suite

Publicités

La Scierie – Récit anonyme

« Ce récit n’est pas de moi – et, pour une fois, je ne mens pas. Il n’est pas de moi, mais je l’admire profondément. Bien plus : j’en suis jaloux, ce qui est bien la plus belle preuve d’admiration que puisse donner un écrivain. C’est pourquoi j’ai voulu et je veux qu’il soit publié, qu’il se lise, et tans pis pour ce qu’en dira l’auteur ! » Ainsi s’ouvre la préface de ce récit anonyme, écrite par Pierre Gripari. Un récit surprenant, viril et éprouvant, et surtout hors-normes, que PIerre Gripari a eu l’excellente idée de faire publier, contre la volonté de son auteur. Lire la suite

Adolphe – [Benjamin Constant]

AdolpheAvant tout homme politique et intellectuel français d’origine suisse, Benjamin Constant a aussi écrit des romans. Adolphe est son plus connu : un court roman qui parle d’amour, et qui est pourtant tout sauf un roman d’amour. Un jeune homme faible, une relation empoisonnée, l’expression d’un sentiment de pitié qui en inspire autant au lecteur, Adolphe est une sorte d’anti-héros romantique, lâche et insipide. Pourtant, s’il n’est pas un héros, il incarne toute la faiblesse humaine qui peut se trouver réunie en un seul homme dans des circonstances qu’il n’a pas pleinement voulues ; cette humanité donne un peu d’intérêt à ce récit, qui en devient plus intemporel. Lire la suite